Comment être heureux dans la vie

heureux dans la vie

Quelle question ? Quelle réponse y apporter ? Comment être heureux dans sa vie ?

Je l’ai abordé dans un article précédent “Décoince ta bulle et trouve ton bonheur”

Qu’est-ce le bonheur ? Le Larousse et le Robert le décrivent comme un état ressenti de complète satisfaction, et les dictionnaires philosophiques ajoutent les mentions stable et durable. Ainsi le bonheur n’est pas absolu puisqu’il s’appuie sur ce que l’on ressent, donc libre à chacun de décider du degré de « satisfaction » requis. Par un raccourci efficace l’on peut définir le bonheur comme le fait d’être heureux. 

Cela se rapporte à trouver un équilibre Corps – Âme – Esprit dans sa vie.  Atteindre ce que certains décrivent comme l’ascension de Soi.  Ceci n’est pas un état de fait que l’on peut acquérir, mais un processus permanent que l’on doit rechercher au plus profond de son Être.  Un travail d’introspection régulier sur son chemin de vie.

L’on peut penser qu’être heureux est un état d’esprit, mais comment être heureux dans sa vie de tous les jours,  Dans ces activités, ses loisirs et ce que l’on entreprend ?

Il y a un principe universel à intégrer dans cette quête du bonheur.   

Ce qui existe dans l’infiniment grand existe également dans l’infiniment petit

Les principes qui activent l’harmonie de notre vie, au sens large, se retrouvent également dans les petites choses de notre quotidien. 

Ainsi le principe de triangulation Corps – Âme – Esprit s’applique à toutes nos activités qu’elles qu’en soient leurs raisons d’être.  C’est en alimentant nos petits ruisseaux que nous les emmenons à produire un grand fleuve.  

Comment être heureux dans la vie – ma petite histoire

Je vais essayer de vous expliquer ce principe de triangulation pour être heureux dans les petites choses de la vie au travers d’un exemple que j’ai vécu récemment.

Je passe quelques semaines de vacances au cœur de l’été à la campagne pour m’occuper de ma maman.  Les journées sont remplies de farniente, détente, repos et plaisirs estivaux.  Un vrai moment de décompression en famille.  Pas de stress quotidien, même l’intendance de nos journées se fait avec plaisir.  Je me sens connecté avec mes valeurs profondes et en connexion avec mon entourage et la nature qui nous entoure.

Au cours de ces journées remplies de calme et de gourmandises, je trouve dans un vieux livre de recettes provenant de ma grand-mère une recette pour préparer des bocaux de pickles de légumes.  Je sais ce que sont des pickles, cela me rappelle mes voyages en Angleterre, mais je n’en ai jamais préparé.  Intrigué j’étudie le mode préparatoire qui se révèle très simple :

plaisir de la vie

Dans bocal pouvant se fermer hermétiquement, immerger des légumes crus dans une préparation bouillante qui consiste d’un volume de sucre, 2 volumes de vinaigre blanc et 3 volumes d’eau.  Cela s’appelle la recette 1 – 2 – 3.  Refermer les bocaux hermétiquement et attendre au minimum 4 heures et au mieux plusieurs jours.

J’en parle autour de moi et mes oncles et tantes se souviennent que leurs grand-mères utilisaient la même méthode pour conserver leurs légumes du jardin.

Intrigué je me suis donc lancé dans ce projet de faire mes propres Pickles maison.  Par contre il était important que cela intègre le principe de triangulation de notre chemin de vie.

Le principe de notre triangulation dans une activité

J’ai tout d’abord analysé les différentes étapes qui composent la recette et cherché comment cela répondrai à la recherche Corps – Âme – Esprit pour être heureux dans la vie.

Le Corps se référant à se mettre en mouvement physiquement et intellectuellement 

L’Âme en activant l’imagination et les émotions

L’Esprit en trouvant un lâcher prise et une acceptation du moment présent

Pour la recette il me fallait donc trouver les bons ingrédients, puis imaginer leur réaction dans la préparation 1 – 2 – 3 et ensuite les préparer pour être conservé au minimum plusieurs jours.

En fouillant la cave de ma mère j’ai trouvé des vieux bocaux avec collerette en caoutchouc type “Le Parfait” et puis répertorié les marchés aux alentours car il n’y a plus de potager dans notre jardin.

Se mettre en mouvement physiquement et intellectuellement 

Je me suis en quête de beaux légumes et pour cela j’ai sillonné les différents marchés de la région.  J’ai recherché les producteurs locaux et échangé avec eux sur leurs techniques de culture.  Lorsque je ressentais une connexion avec les produits,  je les achetai.  

Ce fut un moment très agréable car au-delà de trouver de bons produits j’ai fait de belles rencontres.  Les discussions m’ont appris beaucoup de choses sur le travail de la terre, que j’ai tendance à oublier en tant que citadin.  Au final je n’achetai pas des légumes mais des produits dont les agriculteurs étaient fiers et cela apportait une valeur toute particulière au projet.

J’avais l’impression d’être dépositaire de produits issus d’un savoir-faire et d’avoir la responsabilité de leur conservation.

Activer l’imagination et les émotions

De retour des marchés, j’ai laissé cours à mon imagination sur le type de préparation que je pouvais faire.  J’imaginai combiner des légumes ensemble.  Compléter les préparations avec des herbes du jardin et des épices.  Je laissai libre court à mon intuition et à l’émotion d’ouvrir les bocaux après plusieurs jours.  Mon esprit était stimulé par la part d’inconnu envers le résultat attendu.   

Je me sentais un peu comme un apprenti alchimiste qui cherchait à transcender la matière

Trouver un lâcher-prise et une acceptation du moment présent

Une fois les bocaux préparés et hermétiquement fermés, il fallait attendre !

La patience devenait une vertu car je ne pouvais corriger ce qui avait été fait.  Il me fallait avoir confiance dans le processus et laisser faire le temps.  Par cela lâcher prise avec les interrogations et craintes potentielles d’échec.  

vacances heureuses

La lente maturation des légumes dans leurs bocaux rendait l’attente délicieuse et savoureuse pimentée par une certaine impatience. La notion de lâcher prise et d’acceptation du moment présent prenait toute sa dimension.

Le plaisir d’attendre telle une bulle qui s’envole dans la brise d’un printemps ensoleillé

l’ouverture du premier bocal

La recette demande une maturation de 4 heures minimum et au mieux 1 semaine.  Ma douce impatience m’ayant accompagné, j’ai ouvert le premier bocal de chou-fleur au bout de 5 jours et ce fut une délicieuse découverte.  

saveur du plaisir de vie

Le chou-fleur avait une consistance al-dente et stimulait les papilles avec sa saveur aigre-douce. Un réel plaisir de le croquer directement. Rapidement il trouva sa place sur les plateaux d’apéros et dans les salades estivales.

C’est peu dire que le bocal n’a pas fait long feu !

Mais au-delà de la dégustation, le réel plaisir que je ressentais provenait de l’aboutissement d’un processus complet activant la triangulation Corps – Âme – Esprit.  

  • J’avais trouvé de bons produits auprès de belles personnes
  • J’ai laissé libre court à mon imagination pour créer les bocaux
  • J’ai pris plaisir à attendre la maturation et profiter du temps présent

Alors j’ai racheté des légumes et refait des bocaux en innovant à chaque fois.  Sur une période de trois semaines j’en ai préparé plusieurs comme :

Tomates – parfait pour compléter des poêlées de légumes 

Citrons – excellent dans des cuissons de poissons et dans la ratatouille

Fenouil – parfait pour une garniture de salade

Chou-fleur (j’ai ajouté un brin de romarin dans le bocal) à croquer en apéro et en garniture de salade

Raisins secs – surprenant lorsque ajouté à du riz

En résumé – Comment être heureux dans la vie

simple plaisir de vie

Pour être heureux dans la vie, il faut prendre conscience que toutes nos activités contribuent à notre bonheur. Et pour cela, et jusqu’aux petites choses de la vie, nous devons les vivre au travers de notre Corps, de notre Âme et de notre Esprit.  

En activant la triangulation Corps – Âme – Esprit dans chaque chose que nous faisons, nous nous permettons de nous connecter à l’harmonie de notre for intérieur.  

Cette connexion nous permet de mettre notre Être dans un mouvement ascensionnel et pouvoir envisager “Comment être heureux dans la vie“.

Et vous ? 

Partagez dans les commentaires quelles sont les recettes de votre triangulation primordiale.  Quelles activités activent votre Corps – Âme – Esprit ?

Bien être et bonheur

Merci d’avoir lu cet article jusque sa fin et je vous souhaite tout le bonheur d’être :: Zen & Relax ::

Eric Bouf

Crédits photos : Unsplash.com – Denis Agati, illustrations livre “Introduction au Bujutsu Aunkai”

Si vous avez aimez l'article, vous êtes libre de partager ! :)

2 réflexions sur « Comment être heureux dans la vie »

  1. Tout d’abord, merci pour la recette des pickles, je vais tester. Ça fait envie !
    Quant à la recette du bonheur, encore plus merci.
    J’ai apprécié la simplicité des choses. J’ai souvent entendu parler d’âme, d’esprit mais toujours avec des termes ésotériques auxquels j’ai du mal à adhérer car ça ne me parle pas.
    Dans ton article, tout devient clair et le bonheur semble à porter de main.
    Pour ma part, la cuisine me fait cet effet de bonheur comme tu le décrit mais c’est vraiment le fait de m’occuper des enfants qui me procure le plus de joie dans les 3 dimensions.
    Quand je joue avec des enfants, le corps est totalement dans l’action, dans l’énergie des petits. Comme je suis toujours en “éveil” pour trouver de nouvelle activité, pour créer de nouvelles occupations, mon âme est satisfaite.Et, comme c’est souvent le seul moment où je lâche prise sur tout le reste, je suis dans l’instant présent, dans la joie d’un temps partagé et le bonheur communicatif des enfants. Le kif total !

    Merci Eric

    • Merci Patrick pour ton commentaire. Je me reconnais parfaitement dans ce que tu vis avec tes enfants pour l’avoir moi-même vécu. Tiens moi au courant pour les pickles …

Laisser un commentaire