#79 Écrire pour exister pleinement

À l’age de 7 ou 8 ans l’envie d’écrire a commencé, ou plutôt l’envie de retranscrire des livres … “Le clan des sept“, “Le club des cinq“ voire « David Crocket“ … À l’époque je n’avais trouvé mieux que de les recopier en pensant que cela m’aiderait à imaginer des histoires aussi passionnantes … Et puis je suis rentré dans l’adolescence … d’autres préoccupations … Enfin la découverte du monde des adultes avec sa perte progressive de l’esprit d’insouciance … Jusqu’à rentrer dans « l’âge d’or » de la cinquantaine, lorsque nous devons renouer avec notre essence primordiale, celle qui nous habite depuis toujours. Et en 2019 s’est réveillé en moi cette envie d’enfant … écrire pour exister.

Écrire mes pensées intérieures … Ma dimension introspective … Mon environnement contemplatif …

Écrire comme une thérapie …

En rédigeant ces lignes je prends conscience que finalement je me suis exercé à l’écriture tout au long de mon parcours de vie … D’abord enfant comme je l’ai expliqué en introduction de cet article, et puis adolescent par des textes de morceaux de ‘Rock’ avec mes copains … Mais tout particulièrement jeune adulte lors de mon service militaire … Un moment de vie très propice pour coucher sur papier toutes les émotions que je pouvais ressentir.

L’envie d’écrire survient, souvent, lorsque nous avons besoin de libérer nos émotions et nos pensées intérieures.

Écrire lorsque j’étais « Appelé » était devenu un exutoire émotionnel, une thérapie pour mieux accepter les circonstances de vie imposées … J’ai rempli quelques carnets, mais en toute franchise ils ne méritent pas d’être publiés … Néanmoins voici un petit Haiku de mon époque militaire en toute humilité

Devoir ou Avoir

Un choix impossible

Sans une liberté d’Esprit

23/05/1988 (99 ème régiment d’Infanterie – Sathonay Camp)

Et puis ce besoin d’écrire s’est effacé lorsque je suis rentré dans la vie professionnelle, et cela pendant de longues années jusqu’à ce que je devienne un « demi-centenaire » confirmé … Un moment de quête intérieure que beaucoup de personne connaissent.

écrire pour exister

Ce moment était parfait pour reprendre la plume, ou le clavier … avec peut-être en arrière pensée une envie de transmettre à mes proches quelques étincelles de ma cathédrale intérieure

J’ai repris l’écriture en 2019 avec mon premier recueil « Pensées initiées pendant 7 ans et plus … » et je l’ai imprimé en utilisant une plateforme d’auto-publication. Comme c’était le premier depuis longtemps, j’ai fait le choix de ne pas le mettre en vente et l’ai juste distribué à mon entourage … un premier essai sous environnement contrôlé en quelque sorte.

Je vous en offre quelques extraits ci-dessous …

Et puis ce premier recueil a donné naissance à d’autres … finalement l’envie d’écrire ne m’avait jamais quitté … et puis c’est presque devenu un besoin que je rempli en écrivant ce blog.

Écrire pour exister …

« Écrire pour exister » est volontairement décalé et exagéré … Il est évident que j’écris tout d’abord pour moi-même, je trouve dans cette activité un bien-être et un équilibre intellectuel et introspectif … C’est pour moi un peu comme un massage de l’âme.

écrire et exister

Lorsque j’écris, je me sens exister. C’est à dire que, non seulement cela me procure un réel bien-être, mais de surcroît cela me permet de partager mes pensées contemplatives avec un public autre que mon cercle intime … J’ai donc choisi par le biais de ce blog et de petits livres d’utiliser les mots pour formuler toutes les énergies qui traversent mes pensées.

Alors depuis le début de l’année 2020 voici quelques extraits des recueils que j’ai publié:

  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • ecrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire et exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire et exister
  • écrire et exister
  • écrire et exister
  • écrire et exister
  • écrire et exister
  • écrire et exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister
  • écrire pour exister

Et vous ?

Vous arrive-t-il de ressentir le besoin de transmettre votre dimension intérieure ? Avez-vous une activité par laquelle vous vous sentez exister ? Aimeriez-vous être accompagné pour savoir manifester votre dimension ‘extrospective’, celle qui permet d’exister en dehors de votre dimension introspective ?

Eric Zen & Relax

Prenez soin de vous … et si vous ne l’avez déjà fait … abonnez-vous en cliquant ici pour retrouver une nouvelle publication chaque samedi matin dès le lever du jour dans le sud de la Bourgogne. 

Si vous avez aimez l'article, vous êtes libre de partager ! :)
 
          
 
 
       

9 réflexions sur « #79 Écrire pour exister pleinement »

  1. Enfant, j’écrivais des histoires imaginaires au travers desquelles, je pouvais respirer face à des moments pas toujours très drôles à vivre. Cela m’a beaucoup aidé. Aujourd’hui, j’utilise la photographie et il m’arrive souvent de partir en randonnée quand ça ne va pas pour me ressourcer.
    C’est un très beau partage et ce que tu écris est vraiment très beau;
    Merci

  2. Merci pour ce moment d’authenticité autour de votre besoin d’écriture. J’aime aussi beaucoup écrire. Ecrire un poeme, une inspiration, une réflexion. Au delà du plaisir d’exprimer notre intériorité, c’est aussi une occasion unique de projeter nos lecteurs dans leur propre intériorité. Et quand ils y trouvent un écho, c’est un véritable plaisir d’appartenance à une même sensibilité…

  3. J’apprécie cet article car je tiens aussi un journal. Cela me permet de prendre en compte ma voix intérieure. Ecrire me sort de la brume mentale et en contemplant mes notes, je suis capable « d’accoucher » de mes idées abstraites. Puis si besoin, je peux les matérialiser en plan d’action. Merci.

  4. Merci pour ce partage complet ! Je suis d’accord qu’écrire est un moyen de découvrir nos émotions, de les laisser couler sous nos mains, et même de se comprendre. J’aime écrire. C’est ce qui me rend heureuse et épanouissante. J’y trouve aussi un sens à ma vie.

  5. Pour moi aussi écrire est un moyen efficace d’extérioriser mes émotions. Le simple fait de coucher sur papier des pensées permet des les désamorcer. 100% d’accord pour dire que cette méthode est à tord, trop peu utilisée.

  6. Ha comme je me reconnais dans cet article ! Depuis toujours, malgré quelques périodes d’oubli, un carnet m’accompagne partout. Écrire me fait du bien, écrire me fait grandir, écrire me guéri. Ce qui est fou c’est que finalement je ne reli jamais rien.

  7. L’écriture est puissante, elle permet de faire évoluer sa créativité, mais aussi d’extérioriser ses émotions les plus fortes 🙂 Je transmets tout ça par la photographie, la peinture et par l’écriture 🙂 Merci Eric pour ton partage d’écriture !!!! J’ai beaucoup apprécié « Gaïa d’âme Nature » !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.